Sommet du G20 à Buenos Aires : la défense du multilatéralisme au cœur de l’ambition française [es]

L’Argentine exerce la présidence du G20 depuis le 1er décembre 2017 et organise le Sommet des chefs d’État et de gouvernement à Buenos Aires les 30 novembre et 1er décembre 2018. Celui-ci marque le 10e anniversaire du premier sommet des chefs d’États, qui avait eu lieu en 2008 en réponse à la crise financière mondiale.

En 2018, la présidence argentine a souhaité porter un accent particulier sur trois sujets : les questions liés à l’emploi, à l’éducation et l’innovation, sous l’angle de l’avenir du travail à l’heure du numérique ; le financement de projets d’infrastructures en faveur du développement ; et l’agriculture durable et la sécurité alimentaire.

JPEG

A l’occasion de ce sommet, la France défendra une approche collective des grands enjeux globaux.

Cette ambition s’incarnera à travers cinq grandes priorités, pour lesquelles la dynamique multilatérale est indispensable :

  • Poursuivre la dynamique de l’Accord de Paris sur le climat et renforcer la mobilisation en faveur de la biodiversité. Face à l’urgence climatique, quelques jours avant le début de la COP24 qui se tiendra à Katowice et après deux éditions du One Planet Summit, la France et ses partenaires défendront un engagement renouvelé du G20 pour l’environnement.
  • Défendre un système commercial multilatéral ouvert, fondé sur des règles et équitable. Cela se traduit par deux actions indissociables : rejeter le protectionnisme et garantir l’équité des conditions de concurrence et l’application effective des règles de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Pour apporter des réponses de long terme aux pratiques distorsives et aux mesures unilatérales inappropriées qui nuisent à cet objectif, le sommet de Buenos Aires doit notamment permettre d’agréer une feuille de route sur la réforme de l’OMC.
  • Lutter contre le terrorisme et son financement, en capitalisant sur les bons résultats enregistrés au Sommet du G20 de Hambourg en 2017 et sur la conférence internationale No money for terror organisée à Paris les 25 et 26 avril 2018, et dont une conférence de suivi sera organisée par l’Australie en 2019.
  • Progresser sur les enjeux de développement durable et la mise en œuvre de l’Agenda 2030. L’éducation, notamment des filles, est une priorité du Président de la République. C’est également le cas de l’égalité entre les femmes et les hommes, enjeu qui doit rester transversal dans les travaux du G20. Le financement du développement et la prévention des risques de surendettement dans les pays les moins avancés sont également des enjeux majeurs en 2018 : alors que les niveaux de dette remontent dans les pays pauvres, il faut pouvoir renforcer la soutenabilité et la transparence des financements octroyés par les créanciers publics comme privés.
  • Promouvoir une mondialisation mieux régulée et plus inclusive, déclinée à travers plusieurs dimensions :
    • l’intégrité financière, avec un engagement du G20 dans la lutte contre la corruption et les flux financiers illicites, et, à la suite des révélations des Paradise Papers, le maintien de la pression envers les juridictions qui ne coopèrent pas dans le domaine fiscal ;
    • la dimension numérique (taxation des entreprises du numérique et promotion d’une concurrence équitable vis-à-vis des géants de l’Internet, protection des données personnelles) ;
    • la France appelle enfin d’autres Etats à soutenir « l’Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace » pour renforcer la responsabilité des acteurs privés dans la sécurité du cyberespace.


La présidence japonaise du G20 en 2019

A l’issue du sommet de Buenos Aires, l’Argentine passera le relais au Japon pour assurer la présidence du G20. Le prochain sommet sera organisé à Osaka, les 28 et 29 juin 2019.

Alors que la France prendra la présidence du G7 en 2019, et tiendra son sommet à Biarritz les 24-26 août 2019, le Président de la République et le Premier ministre Shinzo Abe se sont rencontrés à Paris le 17 octobre 2018 et ont convenu de travailler de concert pour articuler les travaux dans les deux enceintes l’année prochaine.

Dernière modification : 30/11/2018

Haut de page