Retrouvailles des « Barcelonnettes » à la Résidence de France [es]

Mexico, le 4 novembre 2016

Une centaine de descendants des « Barcelonnettes », de nationalités mexicaine et française, étaient réunis hier à la Résidence de France pour célébrer leurs retrouvailles, en présence de l’Ambassadrice de France, Maryse Bossière, et du Consul général, Gérard Maréchal. Tous les membres rassemblés pour l’occasion sont les descendants de familles originaires de Barcelonnette, petite ville située dans la vallée de l’Ubaye, dans les Alpes de Haute Provence, arrivés au Mexique au début du 19ème siècle.

JPEG

« Vous avez gardé des liens très forts alors qu’un océan vous sépare », a déclaré l’ambassadrice de France.

Le pionnier de cette émigration, Jacques Arnaud, a émigré au Mexique où il a installé en 1821 un magasin de tissus, associé à ses deux frères. Une partie des Barcelonnettes, principalement composée de la famille Gassier, est rentrée en France au début du XXème siècle tandis qu’une autre s’est définitivement installée dans différentes régions du Mexique. Ils sont à l’origine de nombreux établissements prestigieux, tels que le Palacio de Hierro, premier grand magasin barcelonnette construit à Mexico et qui inaugure une série d’édifices copiés sur les modèles parisiens du Bon Marché ou de la Samaritaine.

« La réussite des Barcelonnettes est quelque chose d’exceptionnel et a marqué l’histoire de ce pays. Vous avez accompagné toute l’histoire récente et moderne du Mexique en créant de grandes institutions commerciales […] Vous avez su intégrer ce qu’il y avait de meilleur de la France dans ce pays », a souligné Maryse Bossière.

JPEG

Marie-Laure Gassier, à l’origine de cette rencontre, a tenu à remercier « ses cousins du Mexique, nombreux à s’être déplacés ». « Vous représentez la branche mexicaine de notre famille, nous sommes très émus et touchés de pouvoir vous rencontrer pour la première fois ici ce soir » a-t-elle déclaré.

JPEG

Marie-Laure Gassier a également remercié Bernard Martel, spécialiste de l’histoire de cette famille et propriétaire de la dernière usine Barcelonnette au Mexique, ainsi que Geneviève Beraud-Suberville, présidente de l’association Racines françaises, qui ont fortement participé à l’organisation de cette rencontre.

« L’histoire de notre famille est une histoire d’aventure, d’amour du Mexique. C’est une famille qui comporte des branches françaises fières de leur histoire mexicaine et des branches mexicaines fières de leurs racines françaises » a-t-elle conclu.

JPEG

On estime à 4 000 le nombre de Barcelonnettes qui ont émigré au Mexique. Actuellement on compte 60 000 descendants installés sur le territoire mexicain.

Dernière modification : 07/11/2016

Haut de page