Ouverture du Forum Mexicanas 4.0 (1er juin 2019) [es]

Discours de Mme Marlène Schiappa, secrétaire d’État française chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations
Mexicanas 4.0 : Forum de l’Emploi pour les Femmes dans la Technologie et l’Industrie du Futur

ExpoReforma, Ciudad de México
1er juin 2019

* Seul le prononcé fait foi

Mme la Ministre de l’Economie,
Mme la Représentante d’ONU Femmes,
Mme la Présidente de l’Institut National des Femmes,
Mme la Ministre des Femmes de la Ville de Mexico,
Mme la Ministre du Travail et de l’Emploi de la Ville de Mexico,
Excellences, Mesdames, Messieurs les Ambassadrices et Ambassadeurs,
Mesdames, Messieurs les cheffes et chefs d’entreprises,
Chères amies, ¡ Queridas Mexicanas 4.0 !

« C’est le travail qui peut seul garantir à la femme une liberté concrète ». Cette citation de la philosophe féministe Simone de Beauvoir date de 1949. C’était il y a plus d’un demi-siècle. Au rythme actuel, il faudrait attendre encore deux cent ans pour atteindre la parité au travail. Mes sœurs mexicaines, je crois que vous et moi n’avons aucune envie de patienter encore plus de deux siècles !

Notre génération réclame l’égalité professionnelle dès aujourd’hui. Il est grand temps de prendre notre destin en main et de participer à la transformation de l’économie de demain. Et l’émancipation économique des femmes – qu’elles travaillent dans une fromagerie de Corse du Sud ou dans une usine textile au nord du Mexique – passe nécessairement par la maîtrise des outils technologiques.

Je suis très heureuse d’ouvrir ce matin ce forum inédit, dédié à l’insertion économique des femmes mexicaines dans l’industrie du futur et les nouvelles technologies. Et je me réjouis de voir dans cette salle autant de jeunes femmes motivées et enthousiastes, issues des filières scientifiques, technologiques et d’ingénierie des plus prestigieuses universités du pays. Vous êtes de plus en plus nombreuses à choisir d’étudier dans ces filières, qu’on disait il y a peu destinées à la gente masculine. Mais les obstacles et les violences auxquelles les femmes sont confrontées dans les métiers de l’industrie sont encore trop nombreux.

Parmi les étudiantes les plus méritantes au sein des filières technologiques, des dizaines de Mexicaines sont retenues chaque année dans des programmes de bourse d’études en France, qu’on appelle Mexprotec et Mexfitec. On me dit que ces jeunes femmes sont brillantissimes. Pourtant, trop souvent, elles ne trouvent pas d’emploi à la hauteur de leurs qualifications. Leurs collègues masculins qui ont suivi ces mêmes programmes s’insèrent beaucoup plus rapidement sur le marché du travail, gravissent les échelons et sont nettement mieux payés. C’est typiquement pour lutter contre ces discriminations que ce forum a été conçu, en vous mettant pour la première fois directement en relation avec des entreprises engagées dans ce combat.

Car oui, il y a des entreprises qui ont compris depuis longtemps que la mixité et la diversité sont des facteurs d’efficacité. Et je veux saluer l’engagement de tous les chefs et toutes les cheffes d’entreprises qui participent aujourd’hui à ce forum. Au Mexique comme en France, rien ne pourra se faire sans le secteur privé. Ensemble, nous pouvons surmonter le « plancher collant » et briser le « plafond de verre ». Comment en effet espérer comprendre le marché et attirer les meilleurs talents, si l’on prive son entreprise de 52% du genre humain ?

Le Président de la République Emmanuel Macron m’a demandée de faire l’égalité femmes-hommes une « grande cause mondiale ». Et parce qu’une diplomatie qui se veut résolument féministe doit nécessairement être solidaire de toutes les femmes, la France a pris deux engagements très importants : premièrement, consacrer 120 millions d’euros à soutenir des ONG féministes dans les pays du sud ; et deuxièmement, s’assurer que la moitié des projets financés par notre Agence française de développement intègrent la dimension de genre. Dans ce combat mondial, je sais que la France peut compter sur le concours d’alliés sincèrement engagés pour les droits des femmes – que ce soit en Europe, au sein du G7 dont nous avons la présidence, mais aussi dans les grands pays émergents. Le Mexique est un allié sans faille qui a une voix à faire entendre, une responsabilité à assurer, parce que c’est un grand pays.

Madame la Ministre, nous partageons la même conviction, le même combat politique pour l’égalité femmes-hommes. Votre engagement personnel sur ce sujet m’est connu. Votre pays a accompli des progrès remarquables sur le chemin de la parité. La France et le Mexique célèbreront ensemble en 2020 la Conférence Mondiale des Femmes, dite de « Pékin+25 ». Ensemble, nous défendons à New York, à Paris, à Mexico les droits des femmes à vivre librement, à entreprendre librement, à décider de leur avenir librement.

Vive la France, vive le Mexique, vive l’égalité femmes-hommes !

Dernière modification : 12/06/2019

Haut de page