Le Prix Breach / Valdez de Journalisme et Droits de l’Homme 2018 est décerné à la journaliste Daniela Rea [es]

La journaliste mexicaine Daniela Rea a été récompensée par le Prix Breach/Valdez de Journalisme et de Droits de l’Homme décerné par l’Ambassade de France au Mexique, l’Agence France Presse (AFP), le Centre d’Information des Nations Unies au Mexique (CINU Mexico), le Bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme au Mexique (ONU-DH), le Bureau de l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture au Mexique (UNESCO), le Programme Presse et Démocratie (Ibero-PRENDE) et le département de journalisme de l’Université Iberoamericana (Ibero-Periodismo).

JPEG

Mexico, 3 mai 2018

La cérémonie de remise de la première édition de ce Prix s’est déroulée le jeudi 3 mai, à l’occasion de la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse. Elle a eu lieu à la Casa de Francia, dans la capitale mexicaine.

Les organisateurs ont distingué le journalisme engagé, critique, rigoureux et humain que Daniela a mené depuis plusieurs années sur des thèmes aussi complexes que la violence, les disparitions forcées, les détentions arbitraires, les déplacements, la torture, les abus de pouvoir et l’impunité, entre autres.

JPEG

Par son travail, Daniela Rea incarne une nouvelle génération de journalistes indépendants et solidaires qui aspire à construire de nouvelles formes d’associations de façon à exercer ce métier librement et sans censure malgré les dangers, la précarité et les menaces.

PDF - 312.9 ko
Discours de Daniela Rea, Prix Breach/Valdez de Journalisme et Droits de l’Homme 2018 (en espagnol)
(PDF - 312.9 ko)
PDF - 221 ko
Biographie de Daniela Rea, Prix Breach / Valdez de Journalisme et Droits de l’Homme 2018 (en espagnol)
(PDF - 221 ko)

L’exercice d’un journalisme indépendant et de qualité au Mexique est difficile et dangereux. Au moins 12 journalistes ont été assassinés au Mexique en 2017, et 4 sont décédés depuis le début de cette année. Ces chiffres positionnent le Mexique comme l’un des pays les plus mortels au monde pour les journalistes, en particulier, pour ceux qui enquêtent sur les relations entre les groupes criminels et les agents de l’État, ou encore sur les violations des droits de l’homme.

JPEG

“Ce Prix rend hommage aux journalistes Javier Valdez et Miroslava Breach, tous deux assassinés dans l’exercice de leurs fonctions, comme beaucoup trop d’autres journalistes au Mexique et dans le monde”, a déclaré Michèle Léridon, directrice mondiale de l’Information de l’AFP. « Javier Valdez a été une voix précieuse qui informait, à travers l’AFP, sur les situations des droits de l’homme au Mexique. Il est maintenant, plus que jamais, nécessaire de soutenir ces courageux journalistes et défendre à travers eux, la liberté d’informer », a ajouté Michèle Léridon.

JPEG

Le Prix a été remis par Griselda Triana, veuve de Javier Valdez et par José Reveles, journaliste de renom au Mexique.

“Ce que l’on peut constater et démontrer face à toutes ces agressions, c’est l’existence d’un énorme et insupportable simulacre bureaucratique ; la systématisation du manque d’actions efficaces de la part de tous les niveaux du gouvernement : fédéral, étatique, municipal et du pouvoir judiciaire, dans un climat de macro criminalité politique diffuse », a dit Federico Mastrogiovanni, Coordinateur du Programme Presse et Démocratie, au nom de l’Université Iberoamericana.

JPEG

« Le journalisme est un service rendu à la société, qui sert de contrepoids au pouvoir hégémonique – politique, économique, entrepreneurial, culturel – et permet aux citoyens de prendre des décisions de manière critique et informée. C’est seulement ainsi qu’est rendu possible le jeu démocratique », affirme M. Mastrogiovanni.

JPEG

“La défense de la liberté de la presse, la protection de la liberté d’expression, la protection des journalistes dans l’exercice de leur profession et la lutte contre l’impunité, sont des priorités de la politique extérieure française. Il était donc logique que l’Ambassade de France au Mexique se joigne à cette initiative collective qui vise à reconnaitre le travail de ceux qui informent, parfois au péril de leur vie », a expliqué Anne Grillo, Ambassadrice de France au Mexique.

- Lire le discours de l’ambassadrice Anne Grillo

JPEG

Giancarlo Summa, directeur du CINU Mexique, et au nom de l’ONU-DH et de l’UNESCO, a affirmé qu’en « écho au message du Secrétaire Général de l’ONU, António Guterres, en cette Journée Mondiale de la Liberté de la Presse, nous appelons le gouvernement mexicain à soutenir la liberté de la presse, à protéger les journalistes, et à en finir avec l’impunité des crimes contre les journalistes. De cela en dépendent la démocratie et le droit à la vérité ».

JPEG

“Les ennemis de la démocratie et de la liberté sont les ennemis du journalisme libre. Soyez sûrs qu’aux Nations Unies, nous continuerons à travailler pour que la liberté d’expression soit renforcée, pour que les menaces soient réduites jusqu’à disparaitre et que cette impunité honteuse face aux attaques soit combattue. De même, comme l’a exprimé Griselda Triana, les journalistes sont également aujourd’hui les défenseurs des droits de l’homme », a ajouté Giancarlo Summa.

JPEG

PDF - 93.6 ko
Prix Breach/Valdez de journalisme et droits de l’homme - présentation (en anglais)
(PDF - 93.6 ko)


- Message du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse
- Message de la directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse

Pour en savoir plus :
- Conférence de presse de lancement du Prix Breach/Valdez de Journalisme et Droits de l’Homme (22 mars 2018)

Dernière modification : 04/05/2018

Haut de page