Lancement de la 4ème édition du Prix Breach / Valdez de Journalisme et Droits de l’Homme [es]

Les institutions organisatrices du Prix appellent à mettre un terme à l’impunité des crimes contre les journalistes au Mexique.

Mexico, le 27 janvier 2022. –

Le Centre d’Information des Nations-Unies (CINU) ; le Bureau du Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Droits de l’Homme (ONU-DH) au Mexique ; l’Office des Nations-Unies contre la Drogue et le Crime (UNODC) ; l’Organisation des Nations-Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) ; l’Ambassade de France au Mexique ; l’Ambassade de Suisse au Mexique ; le Programme Presse et Démocratie de l’Université Iberoamericana et son département en journalisme ; l’Agence France Presse (AFP) ; et Reporters Sans Frontières (RSF) lancent la 4ème édition du Prix Breach / Valdez de Journalisme et Droits de l’Homme.

En conférence de presse, les organisateurs ont indiqué que le Prix 2022 sera remis aux deux meilleurs travaux journalistiques concernant les droits de l’homme publiés en 2020 ou en 2021. Exceptionnellement, cette quatrième édition distinguera des travaux réalisés au cours des deux dernières années.

L’appel à candidatures est ouvert du 28 janvier au 11 mars, et la remise du prix se déroulera en mai 2022, dans le cadre de la Journée Internationale pour la Liberté de la Presse, au Musée Franz Mayer.

Seront décernés aux lauréats un voyage en Europe assorti d’un programme de rencontres et d’échanges sur les conditions de la profession de journaliste au Mexique, et pour la création de réseaux professionnels ; et une double bourse d’études sur le campus de l’Université Iberoamericana à Santa Fe, d’une durée pouvant aller jusqu’à 1 an.

Comme l’indique l’Observatoire des journalistes assassinés de l’UNESCO, le Mexique est l’un des pays les plus dangereux au monde pour le travail journalistique des professionnelles et professionnels des médias au Mexique. En 2021, ONU-DH a recensé 8 assassinats i et 2 disparitions ii de journalistes qui pourraient être liés à leur activité et à leurs conditions de travail. L’organisation a également recensé l’assassinat de 2 gardes de sécurité iii en poste sur le site d’un média. En 2022, 3 assassinats de journalistes iv ont été enregistrés à ce jour.

La liberté d’expression, la liberté d’information et la liberté d’opinion sont des piliers fondamentaux des sociétés libres, démocratiques et plurielles. Elles sont également des outils essentiels pour garantir le plein respect des droits humains. Dans l’exercice de leur profession, les journalistes font fréquemment face à tous types de risques, allant de campagnes de discrédit, menaces, déplacement forcé, espionnage, jusqu’à des disparitions forcées et des assassinats. Beaucoup de ces cas restent en attente de justice.

JPEG

Le Prix Breach / Valdez de Journalisme et Droits de l’Homme, et ses organisateurs, reconnaît le travail des professionnel(le)s du journalisme établi(e)s au Mexique, dont les travaux publiés en 2020 et 2021 sont construits sur une approche relative à la protection, la défense, la promotion et la diffusion des droits humains, et particulièrement dans les conditions exceptionnellement défavorables de la pandémie de covid-19 pour les journalistes.

Lors de la conférence de presse inaugurale, les représentants des organisations internationales, diplomatiques et universitaire impliquées ont réaffirmé la nécessité de mettre fin à l’impunité à cause de laquelle les assassinats de Miroslava Breach (23 mars 2017) et de Javier Valdez (15 mai 2017) restent non-élucidés.

JPEG

L’année 2022 marque le dixième anniversaire du Plan d’action des Nations Unies pour la sécurité des journalistes et sur l’impunité, et le moment de souligner l’importance d’enquêter méticuleusement sur les menaces de violences et les attaques contre les journalistes. L’impunité tend à encourager les auteurs de ces crimes, et a un effet paralysant sur la société et sur les journalistes eux-mêmes.

JPEG

"Je veux mettre en exergue que ce Prix honore la mémoire de chaque journaliste assassiné et/ou disparu au Mexique, mais représente également un appel à l’intention de l’État pour qu’il reconnaisse les manques et les failles des mécanismes instaurés pour protéger la vie des journalistes et des défenseurs des droits, qu’il admette la persistance de l’impunité des délits contre la liberté d’expression, et donc l’urgence de mettre un terme à ce massacre contre elles et eux" a déclaré Griselda Triana, journaliste, jurée et veuve de Javier Valdez.

JPEG

"Pour nous, à l’AFP, Javier Valdez était la voix de la liberté de la presse dans l’État de Sinaloa, où il était notre correspondant, en plus du courageux travail d’investigation qu’il menait à la tête de Río Doce. Avec l’accord de son épouse Griselda, c’est un honneur de perpétuer sa mémoire grâce à ce Prix, tout comme celle de Miroslava Breach" a précisé Samir Tounsi, directeur du bureau de l’Agence France Presse au Mexique.

JPEG

"Nous réitérons l’engagement de la France avec la liberté et la protection de la presse, à l’occasion de cette quatrième édition du Prix. Nous sommes convaincus que les valeurs qu’il défend sont plus que jamais d’actualité" a manifesté l’Ambassadeur de France au Mexique, Jean-Pierre Asvazadourian.

- Message complet de l’Ambassadeur Jean-Pierre Asvazadourian

JPEG

Léo Trembley, chef de mission par intérim de l’Ambassade de Suisse au Mexique, a pour sa part affirmé que "la liberté d’expression est fondamentale pour renforcer et assurer la pérennité de la démocratie. En Suisse, nous sommes fermement engagés pour la défense des valeurs que représente le Prix Breach/Valdez. Alors que l’année 2022 commence de manière très sombre pour la liberté de la presse au Mexique, le lancement de cet appel à candidatures constitue pour nous une façon de rendre hommage à celles et ceux qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur profession".

JPEG

Erick Fernández, coordinateur du Programme Presse et Démocratie de l’Université Iberoamericana, a indiqué que "la mise en sourdine des journalistes est inadmissible. Le Prix Breach / Valdez est une reconnaissance aux voix courageuses qui sont si nécessaires à nos sociétés, et aujourd’hui plus que jamais".

JPEG

Le Représentant du Bureau du Haut-commissariat des Nationes-Unies aux Droits de l’Homme, Guillermo Fernández-Maldonado, a insisté sur l’apport de la presse à la construction de sociétés équitables et en paix. Il a de plus appelé le pays à s’unir aux efforts consentis pour garantir les droits des journalistes. "C’est un moment clé pour que nous travaillions ensemble -organismes de l’ONU, communauté internationale, États, organisations intergouvernementales, société civile et médias- afin de créer un environnement libre et sûr pour les journalistes, comme pour toutes les personnes au Mexique, et ainsi contribuer au renforcement de la paix, la démocratie, et le développement".

Les organisateurs invitent les journalistes à participer à l’appel à candidatures, dont les détails sont disponibles dans le document ci-dessous. Les travaux candidats seront reçus du 28 janvier au 11 mars 2022 (jusqu’à 23h59, heure locale de Mexico).

PDF - 186.7 ko
CONVOCATORIA PREMIO BREACH / VALDEZ DE PERIODISMO Y DERECHOS HUMANOS 2022
(PDF - 186.7 ko)

Suivez les informations relatives au Prix sur le site web Premio Breach / Valdez et sur les réseaux sociaux du Prix : FB @premiobreachvaldez y Twitter @BreachValdez, et des organisations partenaires.



i Benjamín Morales Hernández, le 2 mai à Sonoyta, Sonora ; Gustavo Sánchez Cabrera, le 17 juin à Tehuantepec, Oaxaca ; Saúl Tijerina Rentería, le 22 juin à Ciudad Acuña, Coahuila ; Ricardo López Domínguez, le 22 juillet à Guaymas, Sonora ; Jacinto Romero Flores, le 19 août à Orizaba, Veracruz ; Manuel González Reyes, le 28 septembre à Cuernavaca, Morelos ; Daniel Hernández Moncada, le 4 octobre à Ecatepec, Estado de México ; et Fredy López Arévalo, le 28 octobre à San Cristóbal de las Casas, Chiapas.

ii Jorge Molontzín Centlal, disparu depuis le 10 mars à Santa Ana, Sonora ; et Pablo Felipe Romero Chávez, disparu depuis le 25 mars à Guaymas, Sonora.

iii Les deux gardes qi protégeaient les installations du Sistema Universitario de Radio, Televisión y Cinematografía de la Universidad de Guadalajara, ont été assassinés le 18 décembre à San Pedro Tlaquepaque, Estado de Jalisco.

iv Les journalistes Alfonso Margarito Martínez Esquivel, le 17 janvier, et María de Lourdes Maldonado López, le 23 janvier, à Tijuana, Baja California ; et José Luis Gamboa Arenas, le 10 janvier, à Veracruz.


JPEG

Dernière modification : 20/04/2022

Haut de page