La France et le Mexique, alliés face au défi des sargasses dans la Caraïbe [es]

La France et le Mexique ont une responsabilité particulière vis-à-vis de la Caraïbe. Nous travaillons ensemble en faveur de la solidarité et coopération internationale face aux défis globaux, en particulier climatique.

Traduction de la tribune conjointe de Martha Delgado et Anne Grillo, publiée dans l’édition du 22 octobre 2019 du quotidien El Universal

JPEG


Les sargasses ont envahi ces dernières années les plages de la Caraïbe.

L’échouage massif de ces algues marines représente pour la région un triple défi : écologique, économique et sanitaire.

Défi écologique, d’abord, car les arrivées massives de sargasses nuisent aux milieux aquatiques : des milliers de tortues sont piégées, en pleine saison de ponte ; les coraux et les prairies sous-marines périclitent sous les radeaux de sargasses ; les métaux lourds parfois contenus dans ces algues font planer la menace d´une pollution des sols et des nappes phréatiques. Dans des conditions normales, la sargasse est pourtant loin d’être une espèce nuisible : elle joue un rôle écologique majeur, en servant à la fois d’abri, de nurserie et de garde-manger mobiles pour une grande variété d’espèces marines. C’est de toute évidence l’action de l´Homme, qui en bouleversant l’équilibre et la température des océans, a provoqué ces mystérieux raz-de-marée d’algues invasives.

Défi économique, ensuite, avec une chute des recettes du tourisme et de la pêche pendant les longs mois de paralysie du littoral caribéen par les échouages massifs de sargasse. Au Mexique, le tourisme représente 8,7% du PIB et les professionnels du secteur prennent le problème très au sérieux, en témoigne le Protocole de Puerto Morelos adopté sous l’impulsion de la Asociacion de Hoteles de Cancun y Puerto Morelos et du gouvernement local. La région française de Guadeloupe estime pour sa part que l’échouage de sargasses a fait chuter de 37% ses recettes touristiques. Pour autant, des solutions de valorisation des sargasses sont en train d’émerger. Certaines entreprises expérimentent déjà des projets-pilotes pour faire des sargasses une matière première convoitée et une source de revenus. D’où l’importance d’accompagner et d’encadrer l’activité des opérateurs économiques susceptibles de valoriser les sargasses. L’enjeu à long terme serait que les Etats de la Caraïbes puissent atténuer l’impact négatif des échouages massifs d’algues et bénéficier d’éventuelles retombées économiques positives d’une filière « sargasse » en cours de structuration.

Défi sanitaire, enfin, car les sargasses échouées sur nos plages émettent après 48h des gaz toxiques qui peuvent affecter la santé des personnes les plus fragiles. Il faut donc les collecter rapidement, mais aussi les stocker selon des procédures spécifiques pour éviter tout risque de pollution à l’arsenic et au cadmium, qui sont potentiellement néfastes pour la santé.

Face à ces défis, la France et le Mexique ont décidé d’unir leurs forces pour relever ce défi.

A Cancún, fin juin 2019, une Cumbre de Alto Nivel para Atención del Sargazo a sonné le tocsin d’une contre-attaque régionale. En Guadeloupe, archipel des Antilles françaises, une Conférence internationale sur les sargasses prétend réunir l’ensemble des acteurs publics et privés de la Caraïbe du 23 au 26 octobre 2019 , pour trouver des solutions durables face à ces défis écologique, économique et sanitaire.

Le Mexique joue un rôle chef-de-file sur la scène internationale pour la protection des océans [Mme Martha Delgado Peralta est sherpa du Panel de haut niveau pour économie durable des océans]. La France est également investie : elle possède le deuxième espace maritime au monde, notamment grâce à ses Outre-Mer.

Lors d’un déplacement en septembre 2019 en Martinique, à Saint-Martin, à Saint-Barthélémy et en Guadeloupe, le Président Emmanuel Macron a annoncé un plan global d’équipement. Son Premier Ministre Edouard Philippe clôturera le 26 octobre le Conférence internationale sur les sargasses. L’objectif : adopter un programme caribéen de coopération, mobilisant des financements français et européens et d’expertise mexicaine. Les chercheurs mexicains sont en effet en pointe sur l’étude de ces algues mystérieuses, dont on ignore encore les causes exactes de leur prolifération.

Dans ce cadre, sera créé un centre régional d’alerte et de vigilance, avec des moyens de télédétection par satellites au profit de tous les pays de la Caraïbe. Par ailleurs, les acteurs privés se réuniront d’ailleurs en marge de la Conférence de Guadeloupe à l’occasion de « Sarg’ Expo », premier salon international des technologies de gestion des algues sargasses.

La France et le Mexique, deux grands pays amis et alliés, séparés et reliés par ce même océan Atlantique, ont une responsabilité particulière vis-à-vis de la Caraïbe.

Nous avons l’habitude de travailler ensemble en faveur de la solidarité et coopération internationale face aux défis globaux, en particulier climatique. Avec toutes les nations de bonne volonté, protégeons ensemble notre planète bleue. Il y a urgence.


Martha Delgado
Vice-Ministre en charge des Affaires Multilatérales et des Droits de l’Homme au ministère des Relations Extérieures du Mexique

Anne Grillo
Ambassadrice de France au Mexique

Dernière modification : 22/10/2019

Haut de page