Intervention de l’Ambassadrice lors du 14 juillet 2019 [es]

JPEG

Intervention d’e l’Ambassadrice Anne Grillo à l’occasion de la Fête Nationale,
le 14 juillet 2019, à la résidence de France.

(Prononcé en espagnol)
Liberté, égalité, fraternité. Ces valeurs, vous le savez amis mexicains, la France en a fait sa devise. Parce qu’elles sont universelles, nous les partageons avec toutes les grandes démocraties comme le Mexique. Ce sont ces valeurs qui nous unissent en ce 14 juillet.

- Liberté. Pour beaucoup de Français et de leurs descendants ici présents, le Mexique a été une terre de liberté. Je pense en particulier à ceux qui ont fui le nazisme et le fascisme grâce à Gilberto Bosques, envoyé par le Président Lazaro Cardenas en 1939 comme Consul général du Mexique en France. Il était évident de donner son nom à notre prix franco-allemand des Droits de l’Homme que nous avons remis cette année al Centro de Derechos Humanos de las mujeres de Chihuahua.

- Egalité. Parce que nous partageons cette conviction que l’avenir doit se bâtir avec les deux moitiés de l’humanité, à égalité, nous, Français et Mexicains, avec ONU Mujeres, nous préparons ensemble le Forum Génération Egalité de l’an prochain, 25 ans après la conférence des Nations Unies de Pékin sur les Femmes.

- Fraternité. C’est cet élan qui vous a poussés vers nous, en communion, lors de l’incendie de Notre Dame de Paris, unis dans l’émotion. Et c’est avec un enthousiasme fraternel que les Français mettent à l’honneur depuis avril, à Lille, le Mexique, sa culture, son patrimoine, sa gastronomie, son cinéma avec le magnifique festival Eldorado.

Mais comment faire vivre cet idéal de liberté, d’égalité, de fraternité dans le monde qui s’impose à nous, aujourd’hui ? Un monde dangereux, miné par les crises, le terrorisme, les trafics en tout genre, un monde déstabilisé par les migrations, un monde plein de défis, de la transformation de nos sociétés industrielles, à l’évolution de nos organisations de travail, en passant par l’urgence climatique, un monde enfin dans lequel les nouvelles technologies modifient notre rapport au temps, fracturent nos sociétés, en aiguisent les aspirations et les impatiences. C’est sans doute injuste mais ces défis accumulés affectent en premier lieu les pays démocratiques et ouverts comme les nôtres, Mexique et France.

Faut-il pour autant renoncer à cet horizon de liberté, égalité et fraternité ? Au contraire, gardons le cap, ensemble, déterminés, parce que nous sommes attachés à la paix et au droit international, et parce que nos histoires et nos cultures sont celles de peuples aspirant à la justice, à l’équité et à la démocratie.

Ne renonçons pas, Français et Mexicains, à agir pour défendre un ordre multilatéral plus juste, plus efficace et plus protecteur.
Ce doit être, avant, notre intérêt bien compris, à vous Mexicains, à nous Français, à nous pays démocratiques, de desserrer l’étau « des vis-à-vis » que peuvent imposer la géographie, l’histoire, et toutes les formes de dépendances, financières ou technologiques, et faire face aux menaces unilatérales et protectionnistes.

Des instances internationales fortes, c’est ensuite la garantie d’être écoutés, compris et soutenus lorsque nous avons besoin de la communauté internationale. Ce sera décisif pour le plan de développement intégral d’Amérique centrale que promeut, de façon fondée, le Mexique, que l’Union européenne soutient fermement et auquel la France souscrit pleinement.

Enfin - et c’est une chance - c’est possible d’y parvenir ensemble. Le Mexique et la France sont déjà présents dans toutes les instances internationales qui comptent : Nations unies, G20, OCDE ; de plus, nos alliances régionales atlantiques et pacifiques se complètent.

Mais les liens entre la France et le Mexique ne se résument pas à notre contribution collective à la stabilité internationale. Notre relation est et restera d’abord une histoire de profonde amitié entre nos peuples, animée par ces valeurs partagées de liberté, d’égalité et de fraternité avec le souci constant de développer des projets aux bénéfices mutuels.
Nous sommes amis, de vrais amis, c’est-à-dire que nous pouvons compter les uns sur les autres. Et comme les mots ont un sens, je voudrais citer 4 projets inédits portés ensemble cette année :

1. Tout d’abord, la création de la première université technologique bilingue français/espagnol d’Amérique latine à Juárez (Monterrey). A partir de septembre seront formés aux métiers de la mécatronique et des énergies renouvelables, 70 jeunes/an dont, jusqu’à présent, l’avenir se concevait, pour la plupart, dans la rue ou dans le franchissement d’un mur.

2. Ensuite, Mexicanas 4.0., le premier forum de l’emploi des femmes diplômées de carrières dans l’industrie du futur et les nouvelles technologies, avec plus de 30 entreprises, et 3000 jeunes femmes. Quand toutes les solidarités jouent, les lignes peuvent bouger.

3. Troisième projet : le premier séminaire franco-mexicain sur la déontologie et la transparence au service de l’Intérêt général avec le ministère de la Fonction publique et México Evalúa. Ont été abordés concrètement la prévention des conflits d’intérêts, la lutte contre la corruption, le contrôle de la dépense publique. Pour redonner confiance à ses citoyens et respecter le contrat social, l’Etat a besoin d’une fonction publique fiable dont la professionnalisation et la probité soient la garantie d’une administration égale pour tous.

4. Enfin, notre coopération avec le parquet de la Ville de Mexico dans la refonte de son protocole d’enquêtes pour les homicides. Un projet très concret qui donne un sens aux valeurs que nous voulons promouvoir. Car une enquête bien faite est l’assurance d’une procédure judiciaire engagée sur des bases incontestables. Et sans une enquête incontestable, il n’y aura jamais de lutte véritable contre l’impunité, contre l’insécurité, contre la corruption et pour le respect de la vie.

Chers amis mexicains, la France et les Français désirent ardemment renforcer plus encore les liens qui l’unissent au Mexique.
C’est vrai pour nos entreprises présentes dans ce pays, dans lequel elles croient, où elles ont développé leurs usines les plus modernes et les plus grandes du monde, où elles sont un employeur important (110 000 emplois) et responsable, où elles veulent continuer à investir et prendre leur part de risque dès lors que les règles du jeu sont claires et stables. De grands PDG français sont venus ces dernières semaines vous redire leur engagement ferme.

Vous le voyez : qu’il s’agisse d’investissements, de coopération éducative, scientifique, culturelle, technique, nos engagements ne datent pas d’hier ; ils sont fondés sur la confiance, le partage d’expériences, et des habitudes anciennes de travail en commun.

Avec la France, vous avez un allié au cœur de l’Europe. Europe, là aussi les mots ont un sens. En 20 ans, l’Union européenne et ses 28 Etats membres sont devenus :
- votre 3 ème partenaire commercial,
- votre 2 ème investisseur,
- votre second partenaire de coopération,
- le premier bailleur en Amérique centrale et la Caraïbe.

La rénovation de l’accord global Union européenne/Mexique offre une opportunité historique d’approfondir notre relation politique et d’accroître nos échanges : L’Union européenne vous tend la main. Ne laissez pas passer cette opportunité qui pourrait donner à notre relation une nouvelle direction. Nous pouvons obtenir tellement de succès ensemble.
***

(prononcé en français)

Chers compatriotes,
Voilà deux ans que je sillonne ce pays. De Tijuana a Tapachula, partout j’ai rencontré des Français. Vous êtes partout ! Quel plaisir et quelle fierté ! Que vous viviez au Mexique de longue date ou que vous soyez de passage, que vous soyez chefs d’entreprises, chercheurs, bénévoles d’association, journalistes, professeurs, vous êtes plus de 40 000 à me confier la même histoire au gré de nos rencontres : votre attachement profond à cette terre mexicaine ; les espoirs et les préoccupations que vous partagez avec les Mexicains ; votre envie de rendre au Mexique et aux Mexicains ce qu’ils vous apportent.

Cela vous honore et vous avez raison : le Mexique est un pays unique et merveilleux qui se vit intensément, qui tire sa force de ses femmes et de ses hommes exceptionnels. Le choix du Mexique est aussi celui que la France a fait politiquement en le comptant dans ces grands partenaires naturels.

Dans votre engagement à porter haut les couleurs d’une France talentueuse, innovante, créatrice, ouverte, généreuse, engagée, vous n’êtes pas seuls. Votre pays est à vos côtés.
Qu’il s’agisse d’abord de votre sécurité, vous bénéficiez d’une assistance et d’une protection consulaire 24 h/24, 365 jours sur 365, grâce à notre consulat général, notre service de coopération de police, et à nos 17 consuls honoraires bénévoles – beaucoup sont là aujourd’hui et je les salue-, avec le soutien des autorités mexicaines que je voudrais sincèrement remercier.

Votre pays est à vos côtés pour que vous puissiez exercer vos droits de citoyens. Vous avez été plus de 13 000 à voter pour les élections européennes. Vous voterez l’année prochaine pour vos conseillers consulaires.

Votre pays est à vos côtés pour faciliter votre vie quotidienne. Vous avez accès à la quasi-totalité des services qu’une mairie ou une préfecture peut offrir en France ; vos enfants peuvent être scolarisés dans une de nos 5 écoles franco-mexicaines, y compris si besoin, avec une bourse de l’Etat. Plus de 500 ont été octroyées cette année soit plus de 2 millions d’euros. D’aucuns considèrent qu’il s’agit d’un service normal. Il n’y a pas de normalité en la matière, d’autres pays n’ont pas la même considération pour leurs ressortissants à l’étranger. Il y a un choix politique fait par la France, fait par le Président de la République : vous protéger, vous aider, vous permettre d’exercer vos droits de citoyen français à part entière.

Vous pouvez compter sur une ambassade et un consulat qui ne ménagent ni leur temps, ni leur peine. Dans cette mission, je voudrais souligner l’engagement sans faille, à mes côtés, de nos 5 conseillers élus des Français de l’étranger que je salue chaleureusement aujourd’hui, mais aussi de nos parlementaires, Français de l’étranger ou des groupes d’amitié France/Mexique qui nous apportent un soutien précieux. Merci M. le Député.

Chers compatriotes, vous connaissez ma conviction : nous sommes plus forts, plus créatifs, plus performants quand nous unissons nos énergies et nos compétences. Plus que jamais, je crois à la force d’entraînement d’une Equipe France unie pour continuer à œuvrer au renforcement de la relation avec le Mexique.

***
(Prononcé en espagnol)
Je conclurai en remerciant très sincèrement nos sponsors pour leur fidélité et pour leur confiance. Sans vous, ce moment de fraternité franco-mexicain annuel ne serait pas possible. Mille mercis !

Mon dernier mot sera pour mon équipe, pour lui exprimer ma reconnaissance pour le travail accompli cette année, et lui dire l’immense fierté que j’ai d’être l’ambassadrice d’une équipe dévouée au service de notre pays, au service des Français du Mexique, au service de l’amitié franco-mexicaine. Vous êtes 45 à partir cet été. C’est avec émotion que je vous dis au revoir en vous souhaitant beaucoup de bonheur personnel et de succès professionnels.

Et avant que la fête commence : vive la France, vive le Mexique, vive l’amitié franco-mexicaine !

Dernière modification : 15/07/2019

Haut de page