Inauguration du séminaire "Ville durable" (14 octobre 2019) [es]

Discours de l’ambassadrice de France au Mexique, Anne Grillo
Inauguration du séminaire "Ville durable" (organisé par la Ville de Mexico)

Antiguo Palacio del Ayuntamiento, Ciudad de México
14 octobre 2019

* Seul le prononcé fait foi

JPEG

Madame la maire,

A l’occasion de la visite de cette importante délégation d’entreprises du MEDEF conduite par M. Alexandre Ziegler, VP de Safran-Zodiac, le plus grand investisseur français au Mexique (22 entreprises), il y a encore peu, ambassadeur de France en Inde, vous avez immédiatement accepté l’organisation d’un séminaire conjoint sur la ville durable, et de l’ouvrir. Votre disponibilité malgré votre emploi du temps nous touche ; votre engagement nous oblige.

Je peux vous assurer que l’ « équipe France » ici présente (ambassade ; AFD ; entreprises) entend être à la hauteur de vos attentes. D’abord parce que vous êtes une experte de ces problématiques ; ensuite parce que le développement de cette ville porte votre empreinte – je pense notamment au second périphérique- ; enfin parce qu’en tant que maire, vous souhaitez répondre aux aspirations des capitalinos qui veulent vibre bien et en sécurité dans leur ville.

JPEG

En tant qu’ambassadrice, je souhaiterais insister sur trois points en ouverture de ce séminaire :

1/ En premier lieu, l’état d’esprit dans lequel nous avons conçu cet échange et avec lequel nous souhaitons continuer à travailler avec vos équipes : celui du dialogue et du partage d’expérience.

Il appartient à chaque ville de trouver son modèle de développement durable en fonction de sa géographie, de son histoire, de sa sociologie, de ses défis. En la matière, nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres. Cela a d’ailleurs été au centre des échanges que vous avez eus avec la maire de Paris, Mme Hidalgo, juste après votre élection, Paris et Mexico étant membre du réseau C40 réunissant les grandes villes les plus engagées en matière de développement durable et écologique.

Ce séminaire ne vise donc pas à suggérer un « modèle français ». Cela n’aurait de toutes les façons aucun sens. Aucune ville en France n’a la taille et les défis de Mexico. Mais un projet comme le Grand Paris censé redessiner la capitale française pour les 50 ans à venir peut sans aucun doute nourrir vos réflexions : logement ; sécurité urbaine ; transports et stationnement connecté ; collecte intelligente des déchets, plateformes participatives, open data… tout est en train d’être repensé. C’est aussi le cas dans toutes les grandes villes de France. Cela a aussi des conséquences sur l’organisation institutionnelle des villes, de nouveaux métiers apparaissant (responsable de smart city).

Dans le prolongement des échanges que nous avons régulièrement avec la Secrétaria de mobilidad del distrito fédéral – je salue chaleureusement son secretario Andres Lajous- ou encore avec Jose Luis Bato qui nous a présentés il y a 3 semaines les priorités de développement de la ville, il s’agit pour les participants français de vous écouter, de comprendre vos besoins, d’échanger sur leur expérience au Mexique, en France et ailleurs, et examiner le type de coopération le plus appropriée et à quelles conditions.

JPEG

2/ S’agissant des entreprises présentes, je voudrais vous assurer :

• Qu’elles sont prêtes à offrir le meilleur de leur expérience, avec de solides références internationales que vous pouvez vérifier et comparer. Mexico est une des plus grandes villes du monde ; il est normal que vous souhaitiez le meilleur pour votre ville ;

• Qu’elles sont engagées et responsables : elles investissement sur le long terme ; elles recrutent localement, des femmes comme des hommes – nous partageons sur ce sujet, Madame la maire, quelques convictions ; elles forment et transfèrent du savoir-faire pour que les acteurs de cette ville s’approprient pleinement les projets. Elles ne se contentent pas de clés en main.

• Qu’elles peuvent être d’autant plus réactives que beaucoup sont présentes sur place, qu’elles peuvent suivre les projets, au quotidien avec vos équipes.

3/ Je voudrais enfin vous dire que nous savons travailler en « équipe France » entre l’expertise privée d’une part et la coopération publique technique, scientifique, d’autre part, une garantie supplémentaire pour vous de continuité, de qualité et d’engagement. Cette alliance entre les compétences publiques et privées est de toutes les façons la seule façon de travailler aujourd’hui efficacement.

Madame la Maire, je formule le vœu que cette rencontre soit l’occasion d’un dialogue constructif et confiant, que des projets concrets émergent au bénéfice de capitalinos et de cette ville que vous aimez tant et où les Français sont heureux de vivre et de visiter.

Mesdames et messieurs les représentants d’entreprises françaises, comme acteurs de la coopération, il vous appartient maintenant de convaincre.

Dernière modification : 15/10/2019

Haut de page