Décoration de M. Miguel Fernández Félix [es]

L’ Ambassadeur de France au Mexique, M. Daniel Parfait, a remis le 27 septembre à M. Miguel Fernández Félix l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres pour sa trajectoire professionnelle exceptionnelle et pour le rôle important qu’il a joué dans la coopération franco-mexicaine.

Mexico, 28 septembre 2011

L’Ambassadeur de France au Mexique, M. Daniel Parfait, a remis hier soir à M. Miguel Fernández Félix l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres pour sa trajectoire professionnelle exceptionnelle, son apport à la rénovation du monde du musée mexicain mais également pour le rôle important qu’il a joué dans la coopération franco-mexicaine.

JPEG

L’Ambassadeur a qualifié Miguel Fernández Félix d’un « homme de passions. Passion pour l’art. Passion pour les musées auxquels il a consacré toute sa vie. Passion, enfin, pour la France ».

Après ses études de philosophie à l’Université Autonome Métropolitaine (UAM) où il développe une fascination pour la pensée française classique et contemporaine, Miguel Fernández Félix part vivre à Paris, où il étudiera l’Histoire de l’Art au Musée du Louvre et la création de documentaires à l’École Supérieure de Réalisation Audiovisuelle. Il terminera son séjour à Paris comme Attaché Culturel de la Délégation du Mexique au siège de l’UNESCO.

“Ce séjour parisien influencera en grande partie votre destin : c’est à ce moment-là que naît votre vocation pour le monde des musées, et que vous nouez des liens avec les responsables français des Musées du Louvre, d’Orsay, du Centre Pompidou, liens que vous avez su garder intacts », a souligné M. Parfait.

JPEG

A son retour au Mexique, on lui confie successivement la direction du Musée Dolores Olmedo, puis du Musée National du Virreinato, et enfin, en 2007, du Musée National d’Art (MUNAL).

“Dans tous les lieux où vous avez été, vous avez été animé par un seul objectif : rompre avec les paradigmes, rompre avec cette image du musée poussiéreux, inhospitalier, dépositaire glacial d’une mémoire morte », a déclaré l’Ambassadeur. « Persuadé que le patrimoine n’est rien s’il n’est objet de partage, vous avez déployé toute votre énergie, votre dynamisme, votre immense talent dans cette activité, mettant en pratique des modèles de gestion qui sont aujourd’hui une référence sur le plan national et international », a-t-il ajouté.

JPEG

L’Ambassadeur a mis l’accent sur les grandes expositions que M. Fernández Félix a réalisé avec une prédilection pour le dialogue franco-mexicain : l’« Hommage aux artistes de Montparnasse, les contemporains de Diego Rivera » en 1988, ou « La carne y el color » avec le Musée des Beaux Arts de Rennes en 2008.

Il convient également de souligner les grands projets sur lesquels Miguel Fernández Félix travaille actuellement : l’exposition sur le surréalisme en collaboration avec le Centre Georges Pompidou et l’exposition « Plaisir et Ordre », une confrontation entre des œuvres mexicaines et des œuvres majeures du Musée D’Orsay.

Dernière modification : 28/09/2011

Haut de page