Déclarations - Retrait des États-Unis de l’Accord de Paris [es]

JPEG


Déclaration du président de la République Emmanuel Macron suite au retrait des États-Unis de l’accord de Paris (1er juin 2017)


Déclaration suite à la sortie des Etats-Unis de... par elysee

Mes chers compatriotes,

J’ai souhaité m’exprimer devant vous, quelques heures à peine après la déclaration du Président des Etats-Unis d’Amérique, parce que l’heure est grave.

Je prends note de la décision du Président américain de se désengager de l’Accord de Paris sur le climat. Je respecte cette décision souveraine. Mais je la regrette. Je considère qu’il commet là une erreur pour les intérêts de son pays et de son peuple et une faute pour l’avenir de notre planète.

Je viens à l’instant d’échanger avec le Président TRUMP et j’ai eu l’occasion de lui en faire part.

Le changement climatique est l’un des grands défis de notre temps. Ce qui paraissait encore pouvoir être discuté il y quelques années, s’impose désormais à nous tous, avec une grande évidence. La biodiversité est menacée, le dérèglement climatique affame plusieurs continents, dévaste certaines régions, chasse des habitants de leur patrie. En France même, nous observons chaque année les conséquences de ce dérèglement.

Si nous ne faisons rien, nos enfants connaitront un monde fait de migrations, de guerres, de pénuries, de disparitions d’archipels et de villes côtières, causées par ces évolutions. Cela a déjà commencé.

Ce n’est pas l’avenir que nous voulons pour nous. Ce n’est pas l’avenir que nous voulons pour nos enfants. Ce n’est pas l’avenir que nous voulons pour le monde.

La vocation de la France est de mener ces combats qui impliquent l’Humanité tout entière. C’est pourquoi la France s’est placée à l’avant-garde de la lutte contre le changement climatique. Elle s’est engagée résolument dans toutes les négociations internationales. En décembre 2015, la France a réussi ce tour de force de faire signer 195 pays, de leur faire signer un engagement commun, l’Accord de Paris pour le climat.

Alors, oui, je vous le dis ce soir avec beaucoup de force : Nous ne renégocierons pas un accord moins ambitieux. En aucun cas.

La France ce soir appelle l’ensemble des pays signataires à demeurer dans le cadre de l’Accord de Paris, à rester à la hauteur des responsabilités qui sont les nôtres et à ne rien céder.

Je veux ce soir dire aux Etats-Unis : La France croit en vous. Le monde croit en vous. Je sais que vous êtes une très grande Nation. Que les Etats-Unis ont été fondés pour faire triompher la liberté, la vérité, la raison, partout contre l’ignorance et l’obscurité. Mais ne vous trompez pas. Sur le climat, il n’y a pas de plan B. Car, il n’y a pas de planète B.

Alors, oui, nous continuerons.

A tous les scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens engagés, que la décision du Président des Etats-Unis a déçus, je veux dire ceci : Vous trouverez dans la France une seconde patrie. Je vous lance un appel : Venez travailler ici, avec nous, travailler sur des solutions concrètes pour le climat.

Ce soir, les Etats-Unis ont tourné le dos au monde. Mais la France ne tournera pas le dos aux Américains. Je vous assure, mes chers compatriotes et vous qui m’écoutez où que vous soyez dans le monde, la France n’abandonnera pas le combat.

Bien entendu, nous aurions préféré livrer cette bataille aux côtés des Etats-Unis d’Amérique. Car, ce sont nos alliés et ils resteront nos alliés, en matière de lutte contre le terrorisme, sur nombre de sujets de défense, de sécurité, sur nombre de sujets industriels et économiques. Mais il en est ainsi.

La porte n’est pas fermée, elle ne le sera jamais à cette Nation à laquelle nous devons tant. Mais nous sommes encore nombreux à conserver notre détermination.

La France jouera donc son rôle dans le monde car c’est ce qui est attendu d’elle. Dès ce soir, avec l’Allemagne et l’Italie, nous avons tenu à réaffirmer notre engagement pour l’Accord de Paris. Je me suis entretenu, il y a quelques instants, avec la Chancelière d’Allemagne, nous prendrons ensemble, dans les prochains jours, des initiatives fortes allant en ce sens. Samedi, je verrai le Premier ministre indien à Paris et m’entretiendrai sur ce sujet avec lui. Dans les prochains jours, je parlerai aux principaux décideurs pour m’assurer de leur engagement.

Enfin, la France proposera un plan d’action concret, afin d’accroître son attractivité pour les chercheurs et les entreprises de la transition écologique et prendra des initiatives concrètes, notamment en Europe et en Afrique sur ce sujet. J’ai demandé au Gouvernement d’y travailler activement et le réunirai à cet effet la semaine prochaine.

Nous ne tiendrons pas seulement nos engagements passés. Dès ce soir, la France se doit d’être plus ambitieuse encore pour l’avenir, pour notre avenir.

Vive la République ! Vive la France !


Climat - Retrait des États-Unis de l’Accord de Paris - Déclaration de Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères (2 juin 2017)

JPEG

La France est pleinement engagée pour mener le combat contre le dérèglement climatique, selon les orientations définies par le président de la République, à la suite de la décision du Président Trump de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris.

J’ai donné instruction, avec mon homologue allemand, à nos ambassadeurs dans un certain nombre de pays clés pour la mise en œuvre de l’accord de Paris, d’effectuer des démarches pour s’assurer de la pleine mise en œuvre de cet accord historique.

Je me félicite de la réaffirmation, par nombre de nos partenaires, de leur attachement à l’accord. La dynamique engagée en décembre 2015 à Paris vers une économie bas-carbone est désormais irréversible et doit être amplifiée.

Pour sa part, la France sera fidèle à tous ses engagements et sera plus ambitieuse encore. La France travaille à un plan d’actions et à des initiatives concrètes, notamment en Europe et en Afrique.

Je rappelle l’exigence de solidarité pour aider les pays les plus vulnérables à s’engager dans un développement durable et à faire face aux conséquences des catastrophes climatiques.

Nous tendons la main aux États-Unis et proposerons des initiatives à destination des forces vives qui souhaitent mettre en œuvre les engagements de l’accord de Paris. Nous appuierons l’ensemble des groupements d’acteurs nés de la COP21 qui rassemblent des États, des villes, des citoyens et des entreprises, pour continuer la lutte contre le dérèglement climatique partout sur la planète.


Q&R - Extraits du point de presse du 2 juin 2017

Q - Comment pouvez-vous commenter la décision du président américain Donald Trump de quitter l’Accord de Paris sur le climat ?
R - Le Président de la République s’est exprimé hier après l’annonce de la décision du Président américain. Nous vous renvoyons à ses déclarations.

Q - Suite au retrait des États-Unis de l’accord de Paris est-ce que la France considère que l’alliance transatlantique peut-être "business as usual" ?
R - Le Président de la République a marqué hier soir son souhait de poursuivre le dialogue avec les États-Unis : "(…) nous aurions préféré livrer cette bataille aux côtés des États-Unis d’Amérique. Car, ce sont nos alliés et ils resteront nos alliés, en matière de lutte contre le terrorisme, sur nombre de sujets de défense, de sécurité, sur nombre de sujets industriels et économiques. (…) La porte n’est pas fermée, elle ne le sera jamais à cette Nation à laquelle nous devons tant."


L’Accord de Paris

Pour en savoir plus, consulter la rubrique "Climat" sur le site France Diplomatie

- COP21 - L’Accord de Paris en 4 points clés
- Le texte de l’Accord de Paris - COP21 en intégralité
- 175 pays signent l’Accord de Paris aux Nations-Unies (22 avril 2016)

Dernière modification : 04/10/2017

Haut de page