Brèves de France - 17 février 2017 [es]


Sport - Les grands événements sportifs signent une charte éco-responsable

JPEG

Sport et éthique : comme une évidence ?

Le 12 janvier dernier, pas moins de 20 organisateurs de grands événements sportifs français se sont réunis au siège du Ministère chargé des Sports pour signer une charte éco-responsable avec quinze engagements à respecter d’ici à 2020. Parmi eux on retrouve notamment Roland Garros, le Tour de France, le Mondial 2017 de handball masculin et la Ligue Nationale de Rugby. A l’initiative de l’ONG WWF France, cet engagement témoigne de la place grandissante de l’éco-responsabilité dans le sport.

La « charte du sport responsable » joue un rôle clé dans le respect des règles éthiques dans le sport, et recense les bonnes pratiques à adopter dans six domaines : accès, reconnaissance de la pratique féminine, santé et sécurité, respect de l’environnement, insertion et reconversion des sportifs, civisme. Rédigée en 2010, la Charte a déjà été signée par treize fédérations françaises : aïkido, badminton, clubs omnisports, cyclisme, cyclotourisme, équitation, football américain, golf, sport-boules, tennis de table, volley-ball, triathlon ainsi que la Fédération Française du Sport en Entreprise.

La charte s’inscrit dans une démarche éthique plus globale comportant notamment le think-tank « sport responsable » qui attribue des labels et remet des trophées aux structures sportives investies (club, comité, ligue, association, organisateur d’événement ...). Une structure sportive peut être labellisée à partir du moment où ses actions rejoignent une thématique de la Charte. Ensuite, si ses actions concernent plus de trois points de la Charte, la structure entre dans la course pour les Trophées Sport responsable et gagne une chance de remporter une dotation financière pour mener à bien ses projets éthiques. 21 porteurs de projets ont été récompensés le 15 décembre dernier par le Comité National Olympique et Sportif Français à Paris. La démarche Sport responsable fêtait ses cinq ans avec plus de mille clubs labellisés (dont 311 en 2016 dans 42 disciplines).

L’initiative de la charte éco-responsable est défendue par des personnalités phares telles que l’entraineur de football, Zinedine Zidane, président d’honneur des Trophées et le joueur de Rugby, Sébastien Chabal, nouveau président du jury. L’éco-responsabilité est, par ailleurs, le thème choisi pour la candidature de Paris aux Jeux Olympiques 2024. Selon Pascal Canfin, directeur de WWF France, il s’agira des « Jeux les plus verts jamais organisés (…) un double challenge doit être relevé sportif et climatique : inventer l’économie zéro carbone ».


Pour en savoir plus :
La charte du éco-responsable du sport
La Démarche Sport Responsable
[L’Équipe


Économie - La création d’entreprises bat des records !

Selon un rapport de l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (Insee) publié fin janvier, l’année 2016 a été marquée par une hausse de la création d’entreprises la plus forte depuis six ans. 554 000 entreprises ont vu le jour en 2016, soit 6% de plus qu’en 2015. Si les créations augmentent de manière globale, les chiffres varient selon le statut de l’entreprise, le secteur d’activité, la région, le nombre de salariés et le profil de l’entrepreneur.

Plus de 330 000 entreprises individuelles et sociétés ont été créées en 2016, soit 10% de plus qu’en 2015. Seules les immatriculations de micro-entrepreneurs n’enregistrent pas de hausse, suite aux réformes portées par le gouvernement de Manuel Valls visant à encadrer le régime. Alors qu’en 2009 l’apparition du statut avait boosté de manière considérable la création, les micro entreprises représentent désormais 40% du total contre 58% en 2010.

Ce sont les secteurs des transports et de l’entreposage (stockage) qui enregistrent la hausse la plus forte. Cette croissance est due notamment au succès des services de livraison à domicile -qui représentent 1/3 des créations dans cette activité, et des entreprises de voitures de transport avec chauffeur (VTC). Depuis la loi Thévenoud d’octobre 2014, les doivent seulement attester d’un casier judiciaire vierge, d’une assurance professionnelle et de 250 heures de formation pour obtenir une carte. Par ailleurs, les activités spécialisées, scientifiques et techniques connaissent une forte augmentation grâce à l’essor des entreprises de conseil. Le secteur du commerce conserve cependant, malgré un léger repli, une position de leader avec 1/5 des créations.

La croissance se répartit assez équitablement au niveau géographique et concerne toutes les régions excepté la Guyane, Mayotte et le Centre-Val de Loire. Cependant, près d’un tiers des sièges des nouvelles entreprises demeurent en Ile-de-France.

Ce boom économique constitue-t-il une innovation structurelle ? Voici les évolutions constatées en 2016. L’âge moyen des entrepreneurs baisse doucement, surtout pour les micro-entrepreneurs et les entreprises d’information et communication et de transport. Les femmes ont créé environ 4 entreprises sur 10 et sont majoritaires dans les secteurs de la santé humaine et l’action sociale et les services aux ménages. Même si seules 4 %des nouvelles entreprises sont employeuses au moment de leur création, celles-ci constituent par ailleurs un secteur attractif pour les jeunes travailleurs et contribuent à faire de la France un pays innovant.


Pour en savoir plus :
Les Échos
L’enquête sur le site de l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (Insee)


Sciences/Planète - La biodiversité à l’honneur en 2017 : création d’une agence nationale

JPEG

L’année 2017 s’annonce prometteuse pour l’écologie, avec la mise en opération dès le 1er janvier de l’Agence française pour la biodiversité (AFB).Retour sur la première bonne résolution de 2017.

Créée par la loi du 8 août 2016 « pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages », l’Agence est issue de la fusion de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), des Parcs nationaux de France (PNF), de l’Agence des aires marines protégées (AAMP) et de l’Atelier technique des espaces naturels (Aten). L’édification de l’Agence s’inscrit dans la lignée des mesures prises par la France lors de la COP13 sur la biodiversité organisée à Cancún début décembre (lien vers articlehttp://www.ambafrance-mx.org/Barbara-Pompili-secretaire-d-Etat-en-charge-de-la-biodiversite-representera-la).

L’AFB devrait bénéficier, en plus des 226 millions d’euros issus de l’addition des budgets, de 60 millions d’euros consacrés au soutien des filières innovantes de génie écologique et de biomimétisme. Construite sur le modèle de l’Agencia de Seguridad, Energía y Ambiente du Mexique (ASEA), l’Agence est structurée autour de trois pôles nationaux : le marin à Brest, le terrestre à Montpellier et l’eau à Vincennes. Présidée par Christophe Aubel, ancien directeur de la ligue Rassemblement des opposants à la chasse (Ligue ROC), celle-ci met à l’honneur l’astrophysicien Hubert Reeves.

L’AFB est désormais l’opérateur central de veille à la sauvegarde des espèces animales et végétales sur le territoire français et devient « la référence institutionnelle au service de la préservation et de la restauration de notre environnement », rappelle la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal. Elle devrait apporter, d’une part, un appui scientifique, technique et financier aux politiques publiques de l’eau, de la biodiversité et des milieux marins. D’autre part, au-delà de sa fonction d’expertise et de conseils aux acteurs concernés (élus, entreprises etc.), l’AFB revêtira le rôle de « police » administrative et judiciaire de l’environnement.


Pour en savoir plus :
Site de l’Agence française pour la biodiversité
Le communiqué du Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer
Le Monde

Dernière modification : 17/02/2017

Haut de page