Discours de l’Ambassadrice Anne Grillo, à l’occasion de la Fête Nationale 2020 #14Jsolidario [es]

Discours de son exc. madame Anne Grillo, ambassadrice de France, à l’occasion de la Fête nationale française 2020 (#14Jsolidario)
Mexico
14 juillet 2020


Chers amis mexicains, chers compatriotes,

Nous venons de vivre, chacun à notre façon, l’expérience de ce que Michel Foucault, un des auteurs français les plus traduits au Mexique, appelait « l’intolérable enfermement », de nos frontières, de nos usines, de nos écoles, de nous-mêmes, chacun chez soi. Il s’en est suivi des détresses, des renoncements, des doutes, des douleurs.

Dans ce contexte d’épreuves, j’ai voulu que nous célébrions le 14 juillet en lui donnant les couleurs du troisième pilier de notre devise républicaine : la Fraternité.

Avec la liberté et l’égalité, la France a fait de la fraternité plus qu’un simple élan du cœur. Elle a investi ce principe moral universel en en faisant un droit, un devoir, une condition de l’émancipation de tous et de chacun, un véritable fondement de l’ordre social et politique démocratique. Notre 14 juillet 2020 sera donc un « 14 juillet fraternel » : fraternité franco-mexicaine ; fraternité entre générations ; fraternité de genre, fraternité à l’égard de ceux que la crise a fragilisés ainsi qu’à l’égard de ceux et celles qu’elle continue d’exposer, comme le personnel soignant et tous ceux qui nous approvisionnent en biens de première nécessité.

En France, ce matin, le Président Emmanuel Macron leur a rendu un hommage national lors d’une cérémonie Place de la Concorde.

Tous ceux qui portent haut les couleurs de la France dans ce pays – entreprises et communauté françaises - se sont engagés avec générosité aux côtés de l’ambassade. Je les remercie très sincèrement. C’est pour moi une grande fierté que de compter sur eux.

Ce 14 juillet, en signe de fraternité, des restaurateurs français ont préparé 1100 plateaux repas qui seront distribués à des familles mexicaines et françaises aujourd’hui en situation de précarité. J’irai partager un moment de fraternité et d’amitié avec trois institutions avec lesquelles nous coopérons : l’Institut national de sciences médicales et de nutrition Salvador Zubirán, le refuge pour les femmes en situation de violence de la ville de Mexico et le centre d’accueil et de formation pour des femmes et des familles migrantes CAFEMIN. A cette occasion, en complément des repas que nous y assurerons, des dons seront remis pour contribuer à la lutte contre l’épidémie : médicaments ; équipements médicaux ; produits d’hygiène ; denrées alimentaires ; équipements sportifs et informatiques.

La fraternité et la solidarité constitueront aussi le fil conducteur de notre programmation culturelle en ligne aujourd’hui, dont vous trouverez le déroulé et toutes les offres sur le site et les réseaux de l’ambassade : des films, conférences, partages d’expériences de nos alumnis mexicains mettront en valeur la centralité de ces principes pour la construction d’une société juste.

J’ai souhaité cette journée en cohérence avec les valeurs et les engagements de la diplomatie française et de notre action au Mexique.

Chers amis mexicains, ce 14 juillet s’inscrit dans la solidarité que nous vous manifestons depuis le début de la crise liée au Covid19. La France et les Français du Mexique, durement éprouvés aussi, sont à vos côtés.

J’en veux pour preuve trois illustrations :

- La France a fermement soutenu le Mexique dans les forums internationaux pour que l’accès à un vaccin contre le COVID soit considéré comme un bien public mondial et que tous les efforts, publics et privés, soient joints pour une riposte bénéficiant à tous et singulièrement aux plus pauvres. Le Mexique est le seul pays de la région latino-américaine à s’être engagé financièrement dans cet objectif.

- Parce que nos deux pays sont convaincus que la coopération internationale est la seule façon de relever ce défi du COVID, nous avons renforcé notre coopération en matière de santé ces derniers mois : conjointement avec la UNAM, ouverture d’un laboratoire mixte de recherche sur les maladies émergentes dont le COVID ; échanges entre médecins sur la prise en charge du COVID ; lancement d’essais cliniques thérapeutiques franco-mexicains.

- Les entreprises françaises se sont montrées responsables et solidaires. Pour de légitimes raisons sanitaires, la plateforme industrielle du Mexique, stratégique dans les chaînes d’approvisionnement mondial, a dû être mise un temps à l’arrêt. Cela a mis beaucoup de nos entreprises en difficulté. Mais elles se sont organisées pour malgré tout préserver le plus d’emplois possible. Elles ont fait des dons et participé activement au maintien de la vie quotidienne des communautés dans les régions où elles étaient implantées. Aujourd’hui, alors que le Mexique revient à « la nouvelle normalité », nos entreprises ont repris leurs activités avec des protocoles sanitaires extrêmement stricts et le même engagement en faveur du développement de ce pays.

La question est maintenant de savoir quel avenir nous voulons.

Cette crise a bousculé nos Etats comme elle nous a bousculés dans nos intimités. Elle a mis en valeur le meilleur de l’humanité mais elle a montré d’autres tendances qui doivent alerter notre vigilance. Je voudrais vous livrer ici deux convictions que la période actuelle a renforcé chez la diplomate que je suis, mais aussi chez la femme, la française, l’européenne, qui a vécu dans des pays bien différents de nos démocraties.

Ma première conviction est que nous devons chercher sans relâche à retrouver la cohésion et l’union indispensables à nos sociétés démocratiques. En France, comme dans d’autres pays européens, la crise du Covid-19 a accru les inégalités ; le débat politique s’est polarisé. Je constate les mêmes signes au Mexique. Chers compatriotes, chers amis mexicains, dans nos deux pays comme dans le monde entier, l’heure est au rassemblement de nos forces au-delà de nos peurs légitimes et des divisions. C’est la responsabilité des gouvernements en place, comme de la société civile. Et nous avons la chance d’avoir dans nos deux pays une société civile active. C’est une condition fondamentale à la reconstruction d’un monde plus juste, plus protecteur, plus soutenable. C’est l’aspiration de nos peuples et surtout de nos jeunesses qui porteront le coût de nos choix.

Comme vous, j’ai entendu certains souligner que nos systèmes démocratiques seraient incapables de protéger leurs peuples. Dans cette expérience de l’enfermement et c’est ma deuxième conviction, nous devons mesurer la chance qui est la nôtre en temps ordinaire de vivre en France et au Mexique : celle d’être libres de penser, de nous exprimer, de créer, d’entreprendre. « Le bonheur se reconnaît au bruit qu’il fait quand il s’en va », disait le poète français Jacques Prévert. Certes les régimes démocratiques ne sont pas parfaits et nos institutions doivent se réinventer. Mais il ne faut pas se tromper de combat et prendre garde à ne pas saper ce qui nous permet de choisir notre destin, librement et fraternellement.

A quel avenir aspirons-nous ? disais-je. Les mois qui viennent nous offriront des occasions de travailler davantage ensemble, de promouvoir une vision et des initiatives conjointes : le Mexique siègera en 2021/2022 au Conseil de sécurité des Nations-Unies. C’est une responsabilité aujourd’hui plus qu’hier tant la remise en cause des institutions internationales est forte. Il faudra faire des choix. Mais c’est l’apanage des grands pays que de savoir décider. Et le Mexique est un grand pays. Le Mexique pourra bien sûr compter sur le soutien de la France, une nouvelle fois. Cela sera facile car nous nous parlons beaucoup : le ministre Jean Yves Le Drian a fait sa troisième visite en trois ans au Mexique en décembre dernier ; depuis, il s’est entretenu quatre fois avec le chancelier Marcelo Ebrard. Le Mexique est un partenaire actif du forum de Paris sur la Paix qui sera consacré cette année aux réponses à apporter à la crise liée au Covid. Enfin, en 2021, nous co-présiderons ensemble le Forum Génération Egalité pour définir un nouvel ambitieux en faveur des droits des Femmes. La moitié de l’humanité ne saurait être laissée de côté. Et nous comptons beaucoup sur une participation active du Mexique au Sommet sur la nature et la biodiversité qui se tiendra en 2021 en France, car la solidarité se décline aussi dans le domaine environnemental. Cette nature qui « reprend ses droits » comme on l’a souvent dit durant le confinement, doit être protégée.

Chers amis mexicains, la France, c’est aussi pour vous une porte d’entrée privilégiée sur l’Europe. Saisissons ensemble l’opportunité que nous offre enfin la fin des négociations sur l’Accord Global entre l’Union européenne et le Mexique. Chers amis mexicains, votre pays est le seul de la région latino-américaine avec lequel l’Europe a négocié un tel accord, parce qu’il est considéré comme un partenaire stratégique pour l’Europe et une puissance médiatrice. 27 pays qui partagent une même affinité de valeurs avec le Mexique, vous tendent la main et sont prêts à partager la diversité de leurs expériences.

Chers amis mexicains, chers compatriotes, poser les bases d’un monde nouveau après le COVID n’est pas l’affaire des seuls Etats. C’est l’affaire de tous : entreprises ; associations ; presse ; corps intermédiaires ; de la société civile dans son ensemble. Nous avons tous un rôle à jouer, unis et donc solidaires, chacun dans nos fonctions.

En ce 14 juillet, chers compatriotes, je voudrais vous adresser un mot en particulier.

Depuis des mois, je connais vos difficultés. Je voudrais, une nouvelle fois, vous assurer que vous pouvez compter sur votre pays : un plan d’aide sanitaire, médicale et social a été mis en place. Sachez aussi que vous pouvez compter sur moi, autant que possible, mais aussi sur mon équipe à qui je voudrais rendre hommage pour son exceptionnel dévouement, ainsi que sur nos consuls honoraires et nos cinq conseillers consulaires. Et nous pouvons compter aussi sur le soutien des autorités mexicaines fédérales et locales que je remercie sincèrement.

Malgré toutes les difficultés conjoncturelles, nous devons continuer à avancer, sans baisser les bras, avec lucidité, en combinant nos forces dans cet esprit d’Equipe France que nous avons créé depuis trois ans que je suis dans ce pays. Soyons fiers de notre pays, la France, et soyons fraternels avec le Mexique, ce pays que nous avons choisi pour un temps ou pour toujours. Ce Mexique, pays frère et grand partenaire diplomatique, que nous admirons et que nous aimons, fraternellement.

Vive la France ! Vive le Mexique !
Vive l’amitié franco-mexicaine !

JPEG

Dernière modification : 15/07/2020

Haut de page